11/09/2013

à mes amis chiliens

Le 11 septembre, pour beaucoup, ce sont les attentats du World Trade Center. La violence des images, le terrorisme en direct, la symbolique de l'événement, tout concourt à ce que cette immense tragédie marque durablement notre société. Et c'est normal, vu les conséquences que ces actes ont eu sur la marche du monde.

Pour moi, cependant, le 11 septembre, c'est - et ça a toujours été - la date anniversaire de la tragédie chilienne. Le coup d'état de Pinochet, il y a exactement 40 ans de cela. Le suicide d'Allende dans le palais présidentiel, la Moneda. Le début de la terreur.

L'histoire est connue, et on ne va pas rappeler ici les détails de la sanglante dictature chilienne qui a fait tant de victimes et forcé tant de personnes à l'exil. C'est plutôt de ces exilés dont je voudrais parler.

Car si certains sont aujourd'hui rentrés au pays, beaucoup sont restés parmi nous. La communauté chilienne à Genève, forte de plusieurs milliers de membres, est un exemple particulièrement réussi d'intégration.

Investis dans le domaine culturel, politique, associatif ou de solidarité internationale, les chiliens de Genève participent activement à la vie de notre canton depuis bientôt 40 ans. Ceux de ma génération les connaissent bien: ils ont grandi ensemble! Ils ont appris leur histoire, leur vécu, leurs souffrances.

Notre enfance à tou-te-s, je crois, a été marquée à un moment où à un autre, par les terribles récits de nos amis chiliens sur leur histoire et celle, souvent tragique, vécue par leurs parents et leurs familles. Je me souviens si bien de nos regards choqués d'enfants ou d'adolescents, de nos questions timides, de notre incrédulité face à la violence des histoires de vie contées par nos amis.

En ce terrible jour anniversaire, qui marque les 40 ans de la fin de la république de l'espoir, mes pensées vont simplement vers eux.

09:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.