23/09/2013

Genève, dans 5 ans

genèe 5 ans.jpgDans 5 ans, nous serons à la veille des nouvelles élections pour le renouvellement du Grand Conseil et du Conseil d’Etat. L’enjeu ne sera pas anodin, comme à chaque fois, et il s’agira de décider s’il faut reconduire le pouvoir politique en place, ou bien changer les équipes dirigeantes, tant au niveau du parlement que du gouvernement.

Cela dépendra évidemment des options que prendront les partis politiques genevois à l’issue des élections des 6 octobre et 10 novembre prochain. De deux choses l’une : soit on continue (pour certains) à jouer aux trublions sur Léman Bleu, soit on essaye, sur des programmes minimaux, sur des plus petits dénominateurs communs, sur des minuscules pierres d’achoppement, de travailler un tant soit peu sur l’avenir de Genève.

Le compromis n’est pas la compromission. Et, dans 5 ans, Genève pourrait avoir un tout autre visage qu’aujourd’hui, pour autant qu’on se donne la peine d’y travailler ensemble, autrement, de manière constructive et raisonnée.

Dans 5 ans, on pourra atteindre facilement le centre-ville en transports publics, grâce aux P+R gratuits qui fleuriront en périphérie et au renforcement du réseau des TPG

Dans 5 ans, il y a aura un tout petit peu plus de policiers, mais ils seront surtout beaucoup plus présents dans les rues, car on les aura déchargés de leur boulot administratif (par des assistants) ou des missions que ne sont pas forcément prioritaires pour leurs fonctions (bruits, incivilités, querelles de voisinage).

Dans 5 ans, on a aura fait chuter le taux de chômage, grâce à une politique beaucoup plus volontariste de l’Etat en matière d’insertion professionnelle, notamment pour les jeunes en rupture (qui sont près de 2000 aujourd’hui), et des seniors qui peinent à retrouver du travail après 50 ans.

Dans 5 ans, on verra fleurir dans grands projets immobiliers, construits en bonne intelligence avec les habitants des communes concernées, et disposant de toutes les infrastructures nécessaires pour éviter les nuisances.

Dans 5 ans, surtout, nous serons alors débarrassés de ceux qui hurlent avec les loups et qui pensent qu’il suffit de promettre tout et son contraire. On verra enfin disparaître de l’échiquier politique ceux qui pensent qu’il suffit de tabler sur le mécontentement des gens, sans jamais rien proposer de concret. On en aura enfin fini avec les diatribes incendiaires, les verres d’eau jetés à la figure, les insultes et les intimidations de toutes sortes.

On n’aura plus à essayer de répondre aux arguments fallacieux, aux solutions irréalisables assénées à l’emporte-pièce, à la propagation de la haine, de l’intolérance et du rejet de l’autre.

Bien sûr, il y a du boulot ! Il nous faudra bien 5 ans pour faire comprendre aux Genevois que les remèdes à la baisse de la leur qualité de vie – ce que tout le monde reconnaît – passent par la recherche de solutions viables, plutôt que par les hurlements improductifs et les harangues d’un autre temps.

Si vous êtes – comme je le suis parfois – déçus par la politique, alors mettez dans l’urne les noms de celles et ceux qui veulent vraiment faire avancer Genève. Pas ceux qui prônent le chaos et la politique de la terre brûlée. L’Histoire de notre pays et de notre canton est une histoire de bon sens et de petits pas. C’est notre système politique qui l’exige.

Ca n’est pas l’Histoire des incendiaires qui se transforment soudain en pompiers. Et qui sont, dans tous les cas de figure, les principaux responsables des blocages qu’ils dénoncent.

Hurler n’a jamais fait avancer les choses. En politique, comme partout ailleurs, il vaut toujours mieux faire confiance à son cerveau qu'à ses tripes. 

 

12:30 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'espère que vos vœux se réaliseront durant les 5 prochaines années, mais pour cela, il faudra une majorité de députés élus qui privilégient l'approche consensuelle aux affrontements stériles et une démarche rationnelle plutôt que l'expression brute des émotions!

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 23/09/2013

Joli rêve...
Souhaitons que dans 5 ans il soit devenu une belle réalité.
Alors, ne nous trompons pas en glissant notre vote dans les urnes.

Écrit par : Angela Ortelli | 24/09/2013

J'aime

Écrit par : Pierre Jenni | 26/09/2013

Les commentaires sont fermés.