13/11/2015

Lex Zacharias, la lutte des classes ?

Le Grand Conseil traite actuellement du projet de loi 11408, visant à modifier la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations (LDTR).

L’objectif ? Faciliter l’acquisition de leur propre logement par les locataires! Formidable, non?

Quel beau projet ! Qui n’a en effet jamais rêvé de devenir propriétaire du logement qu’il occupe, plutôt que de payer à perte chaque mois un loyer exorbitant à des propriétaires parfois sans scrupules ? Sur le papier, cette mesure peut faire rêver…

...sauf que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et que l’adoption de ce projet de loi aurait des conséquences absolument catastrophiques pour la majorité de la population genevoise !

 

La sélection par l’argent, une barrière supplémentaire pour trouver un logement !

Le projet de loi va permettre aux locataires d'acheter leur logement, pour autant qu’ils vivent dedans depuis au moins trois ans (voire cinq, suivant un amendement déposé) et, surtout, qu’ils aient les moyens de se porter acquéreurs de celui-ci !

Qu’on se le dise, ce projet de loi ne va en rien assouplir les conditions actuelles d’acquisition d’un logement, qui exigent 20% de fonds propres, dont seuls 10% peuvent aujourd’hui provenir de la prévoyance professionnelle (2ème pilier).

Si vous ne faites pas partie de ces 15% de privilégiés, capables de débloquer de tels montants (ce sont les chiffres donnés par le Département de Monsieur Hodgers), alors cette loi ne changera rien à votre situation… enfin, pas tout à fait… elle va plutôt rendre tout déménagement de votre part difficile, voire impossible !

En effet, dorénavant, les propriétaires, attirés par de juteux bénéfices de vente, ne sélectionneront plus seulement leurs futurs locataires sur leur capacité à payer leur loyer, mais également bien entendu sur leur possibilité future d’acquérir leur logement ! En d’autres termes, si vous gagnez correctement votre vie, mais pas suffisamment pour pouvoir jamais espérer devenir propriétaires, vous serez irrémédiablement discriminés pour trouver un logement !

 

Une crise du logement décuplée !

Le second problème qui se pose – et pas des moindres – est que ce projet de loi va drastiquement diminuer le parc locatif genevois ! Dans un canton qui compte près de 80% de locataires, le retrait progressif d’appartements du marché ne pourra que crisper encore plus une situation aujourd’hui déjà hyper- tendue ! Peut-on vraiment se permettre de voir le parc locatif genevois fondre comme neige au soleil, alors même que les besoins de la population sont énormes dans ce domaine ? On a aujourd’hui bien plus besoin de logements à louer que d’appartements à acheter !

 

Zacharias relance la lutte des classes !

C’est l'inénarrable Ronald Zacharias, promoteur bien connu et député MCG qui est la base de ce projet de loi. On imagine bien que, sous couvert de promotion du logement, celui-ci vise surtout à la promotion de ses propres intérêts, et de ceux de ses nouveaux amis PLR, qui se réjouissent de cette aubaine, laquelle permettra aux propriétaires d’engranger de juteux profits sur le dos des locataires. Quand bien même, comme le demande un amendement du PDC, les prix de vente pourraient être plafonnés (à 6'900 CHF le m2), cette loi vise un public minoritaire , qui sont une part infime de l’ensemble des locataires genevois. Tous les autres devront affronter une crise du logement sans précédents!318f4bfc-8ab4-11e3-ac64-8d55965b68f4.jpg

Monsieur Zacharias habite un manoir cossu à Vandoeuvre. C’est l’un des plus importants promoteurs immobiliers de la région.

Celles et ceux qui pensent qu’il se bat pour le bien des locataires devraient se souvenir de ce que « lutte des classes » signifie.

Le référendum qui sera immédiatement lancé en cas d’adoption de cette loi servira à le leur rappeler.

10:52 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Etes vous membre de l'ASLOCA, Monsieur Bandler ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 13/11/2015

@Monsieur Dumitrescu:

Oui, mais je ne vois pas le rapport...

Écrit par : Marko Bandler | 13/11/2015

Pour moi, il y en a, c'est certain.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 13/11/2015

Les commentaires sont fermés.