14/03/2018

Smartvote : et si on faisait de la politique ?

Ça y est, la plateforme SMARTVOTE a rendu accessibles les réponses des candidat-e-s au Grand Conseil et au Conseil d’Etat au questionnaire sur les sujets politiques d’actualité qu’ils/elles ont été invité-e-s à remplir. Version « deluxe » (60 questions), ou « rapide » (31 questions), vous pouvez vous-même vous prêter à cet exercice.spider_img_responder.png

Un exercice assez intelligent, il faut le dire, puisqu’il permet non seulement de dresser votre propre profil politique, mais également de voir qui, parmi les candidat-e-s, vous est le plus proche en termes de valeurs. Et dans une élection politique comme celle qui nous attend les 15 avril et 6 mai prochain, voilà un puissant outil de promotion démocratique. Un outil qui repose sur des bases solides, quand on sait que pas moins de 11 thématiques (budget, emploi, social, aménagement, mobilité, etc.) sont déclinées dans le questionnaire. Cela permet donc de cibler assez précisément quelle est notre propre sensibilité politique, et quelle est celle des candidat-e-s en lice.

En ceci, on conseille à tou-te-s ceux/celles qui s’intéressent à la chose publique et qui ont décidé de voter lors des prochaines élections cantonales de se prêter à l’exercice Smarvote.

Parfois c’est rassurant (on a les idées des personnes et des partis qu’on aime), parfois c’est déstabilisant (tiens, je ne savais pas que untel-le était aussi à gauche/à droite/au centre/différent-e/similaire). Et dans tous les cas, cela renseigne efficacement et rapidement sur les idées, les sensibilités ou les priorités des un-e-s et des autres. Bref, remplir son Smartvote, c’est faire un usage intelligent et presque nécessaire de ses droits démocratiques ! Tester avant de voter. Pour finalement ne pas se laisser avoir.

Car, on le sait, aujourd’hui la politique est de plus en plus une affaire d’image, de communication ou de posture, plutôt que de contenu et d’idées. Il est malheureusement loin le temps où on votait pour des candidat-e-s dont on partageait les préoccupations ou le programme. Aujourd’hui, le paraître l’emporte sur l’être. Peu importe vos idées, si vous présentez bien, alors vous avez votre chance !

Et c'est bien dommage!

Combien de Député-e-s ou des Conseiller-e-s d'Etat se sont contenté-e-s d'attendre la prochaine échéance électorale, tranquillement assis sur leur strapontin, une fois élu-e-s? Combien surtout n'ont proposé aucun projet, n'ont aucun bilan, mais parviennent à percer par la seule magie du charme, de l'enfumage ou de la parlotte?

Il suffit de regarder autour de soi. Les exemples ne manquent pas.

Celles et ceux qui ne jugent pas nécessaire de remplir leur profil Smarvote, par exemple. Et qui attendent donc qu'on les élise pour le sentiment de sympathie ou de compétence qu'ils/elles inspirent.

A Genève, on a eu des incompétents, humainement adorables. Et aussi des ordures géniales, capables de rassembler pour porter des projets politiques. 

En élisant des personnes pour l'image qu'elles nous renvoient et non pour le projet qu'elles portent, on dévoie cette Démocratie que tant de personnes nous envient à travers le monde.

Votez pour des idées ou des programmes! Votez pour des bilans ou pour des réalisations!

 

C'est le contenu qui compte, pas l'emballage!

A vos Smarvotes!

12:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui Smartvote est un outil indispensable. Et vous devriez savoir que tout n'a pas été simple pour le réactiver. La volonté politique fait défaut pour le développer et les concepteurs ont dû faire appel au soutiens privés.
Maintenant il s'agit de mettre en place l'outil qui permettra le suivi des élus et la corrélation entre leurs promesse électorales et les votes concrets en séances plénières.

Écrit par : Pierre Jenni | 14/03/2018

J'ai testé format avec 31 questions.... et bien pas beaucoup de questions sur la culture, la famille ou l’éducation! Je soupçonne smartvote de pousser les gens vers les partis de droite.

Écrit par : Riro | 14/03/2018

Non Riro. Smarvote ne pousse rien et nous aide à vérifier par de simples algorithmes les corrélations entre vos sensibilités et celles des candidats.
Certes l'outil peut encore être affiné, mais le principe est vraiment excellent. Je ne comprends pas qu'il ne soit pas intégré dans le budget de la chancellerie et que les concepteurs doivent se battre pour trouver des fonds.

Écrit par : Pierre Jenni | 14/03/2018

Excellent, merci pour le tuyau. Et je confirme que ça fonctionne très bien, en ce qui me concerne les socialistes et verts sont tout en bas de la liste des affinités. Il n'y a que EaG qui a un score pire, donc tout est normal.

Écrit par : Eastwood | 16/03/2018

Vincent Timètre a une longueur d'avance.

Écrit par : Otto Matthik | 21/03/2018

Les commentaires sont fermés.